Les trois lumières, Claire Keegan

IMG_2427Ce livre raconte l’histoire d’une petite fille envoyée dans une famille qui habite une ferme en Irlande. Là-bas, elle apprend à vivre avec des habitudes qui ne sont pas celles de sa propre famille. Elle finit par s’y habituer, traverse des périodes de doutes et d’autres de joie et découvre des secrets au fil de son séjour.

Résumé écrit par Marvyn

Publicités

7 réflexions au sujet de “Les trois lumières, Claire Keegan”

  1. C’est un livre agréable car le lecteur est directement plongé dans l’histoire et ressent les sentiments de cette petite fille qui apprend à vivre dans une famille qu’elle ne connaît pas. Par contre, l’auteur aurait pu dévoiler davantage de détails sur cette petite fille qui n’a même pas de prénom.
    L’histoire est touchante et je conseille la lecture de ce livre bien qu’il soit très court.

    Marvyn

    J'aime

    1. Ce livre raconte l’histoire d’une petite fille envoyée chez les Kinsella qui résident dans une ferme de la campagne irlandaise.
      Cette petite fille dont on ne connaît pas le prénom, est issue d’un milieu modeste, ce qui est la raison de son départ chez les Kinsella. Elle va découvrir un univers plus aisé et tisser avec eux des liens forts. Au fur et à mesure de son histoire, le lecteur peut découvrir avec elle les plaisirs et les choses essentielles de la vie à la campagne : prendre un bain, puiser de l’eau, aller chercher le courrier, tartiner du beurre mou…

      Je conseille de lire ce livre car la sensibilité et l’innocence de cette petite fille permettent de voir avec un oeil neuf, les petites choses de la vie que parfois on oublie.

      Roxanne

      J'aime

  2. Ce court roman de 90 pages à peine, décrit l’été d’une petite fille que ses parents envoient à la campagne parce que la mère vient d’accoucher d’un autre enfant.
    La petite fille va développer des sentiments pour la famille Kinsella qui l’accueille et va ressentir pour la première fois ce que c’est que d’être aimée par des parents, qui ne sont pourtant pas les siens.
    A travers cette lecture poétique, j’ai éprouvé de la tendresse, de la joie, de la tristesse.
    J’ai adoré lorsqu’à la fin, la petite fille appelle M. Kinsella, « papa ».

    Morgane

    J'aime

  3. J’ai trouvé ce livre attendrissant car cette petite fille en manque d’affection se raccroche à un couple ayant vécu une tragédie. Ce roman est porteur d’espoir, celui d’avoir une seconde chance dans la vie.

    Tomas

    J'aime

  4. Roman facile à lire parlant de la recherche de l’amour parental et filial. On suit l’histoire d’une fillette irlandaise issue d’une famille nombreuse. Elle est recueillie pendant la période estivale par les Kinsella. Elle va, à leur contact, gagner en maturité car elle prend conscience que sa relation avec ses parents biologiques est bancale. Les Kinsella lui donnent l’affection qu’elle n’a jamais reçue.
    Dans cette histoire, les thématiques sont sombres :
    – une mère capable d’abandonner son dernier enfant au profit d’un plus petit.
    – le transfert d’un couple en deuil d’un enfant recherchant à tout prix de combler ce vide par tous les moyens, quitte à « s’approprier » l’enfant des voisins.
    – le rejet de la famille biologique.

    Néanmoins, l’intérêt du livre réside dans l’explication du titre, pages 67 et 68. Lorsque la fillette et monsieur Kinsella baladent dans les dunes, ils observent au loin, deux lumières allumées. Monsieur Kinsella prend la fillette par la main et une troisième lumière apparaît. Elle symbolise l’acceptation de la petite fille au sein du foyer des Kinsella, formant ainsi la famille rêvée.

    Morgane et Grégoire

    J'aime

  5. J’ai beaucoup apprécié ce livre et plus particulièrement le moment de la promenade entre monsieur Kinsella et la petite fille. C’est le seul passage du roman où ils ne se retrouvent que tous les deux dans un instant complice.
    La petite fille se raccroche à monsieur Kinsella qu’elle considère comme son père. Quant à lui, il nourrit à son égard un amour paternel car il a perdu son fils. La compagnie de la petite fille le réconforte.
    Tout cela m’a évoqué une situation personnelle.

    Hugo

    J'aime

  6. J’ai bien aimé ce livre car entre le début et la fin du roman, la petite fille a grandi. Elle a compris que parfois l’amour des autres pouvait supplanter l’amour de ses propres parents. En effet, sa famille biologique n’est pas en mesure de lui donner tout l’amour dont elle a besoin. De ce fait, elle se tourne vers les Kinsella qui lui donnent toute l’affection qu’elle n’a jamais reçue.

    Lucie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s