Rencontre avec Elitza Gueorguieva.

Au salon du livre, Paula a rencontré l’auteur des Cosmonautes ne font que passer. Elle a pu poser à Elitza Gueorguieva quelques questions sur son roman, lui parler du LittEuropa 2019 et obtenir une dédicace.

Dans cette vidéo, Paula raconte son expérience à ses camarades de Rituel Chapitre 19.

Publicités

Paula, grande lectrice, fan de rock 🤘🏼 nous livre sa vision du roman, Les cosmonautes ne font que passer. 🚀

Paula a adoré le roman d’Elitza Gueorguieva. Elle a rédigé une critique qu’elle a souhaité mettre en scène avec la complicité de ses camarades.

Elle s’est inspirée du moment où la narratrice découvre le rock alternatif et son icône, Kurt Cobain alors que la République populaire de Bulgarie vient de s’effondrer et qu’un vent de liberté souffle sur le pays.

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut 📝

C’est l’histoire d’une famille improbable, d’un père, d’une mère un peu folle et d’un enfant qui fait la fierté de ses parents. Dans l’appartement, vit un quatrième membre : Mademoiselle Superfétatoire, une grue ramenée d’un voyage en Afrique.

Les parents s’aiment d’un amour fou et choisissent avec insouciance que leur vie soit une fête perpétuelle. Ils dansent tout le temps sur la chanson de Nina Simone, Mr Bojangles. Les invités se succèdent pour des dîners et des cocktails tandis que les factures s’amoncellent. Quand les huissiers débarquent, les problèmes commencent. La famille doit vendre l’appartement mais la mère fait une crise de démence et met le feu au salon. Elle doit être placée en hôpital psychiatrique au grand désespoir de son mari et de son fils qui lui rendent visite tous les jours.

La mère, embarquée dans sa folie, organise avec la complicité de son mari, son propre kidnapping. La famille s’enfuit vers l’Espagne, terre de vacances et de bonheur retrouvé. Mais dans ses moments de lucidité, la mère sait que sa folie est plus forte que sa volonté. Elle décide alors de mettre fin à ses jours en avalant une boîte de somnifères avant de partir nager.

Elle est enterrée sur la chanson de Nina Simone. Son mari lui promet de la retrouver très vite. Il se met à écrire leur histoire sur des carnets à l’attention de son fils. Il part ensuite rejoindre sa femme tandis que leur fils se retrouve seul sous la responsabilité d’un ami de la famille.

Mon avis : J’ai aimé cette histoire d’amour et la folie des personnages, leurs fêtes perpétuelles et pétillantes, leur insouciance. Je conseille la lecture de ce livre malgré sa fin tragique.

🖋 Article rédigé par Léa.

 

🖊 Mon avis sur ce roman par Dora : J’ai eu des difficultés à rentrer dans l’histoire. Le style d’écriture m’a un peu déroutée mais une fois tout cela dépassé, j’ai apprécié ce roman qui plonge le lecteur dans une réflexion sur la vie, l’amour fou et la mort. Je conseille la lecture de ce livre car l’histoire est touchante.

 

🖌 Mon avis sur ce roman par Jade : Je conseille la lecture de ce roman car c’est une histoire émouvante. On s’attache tellement aux personnages qu’on n’a pas envie de tourner les pages pour devoir les quitter.

L’histoire d’amour des parents racontée et vue par les yeux de leur fils rend la fin encore plus poignante.

 

 

 

 

 

La vision d’Anas d’un extrait d’En attendant Bojangles 📒✍️

J’ai imaginé ce dessin à partir d’un extrait d’En attendant Bojangles. J’ai dessiné la mère et le fils sautant sur le lit. Derrière eux, j’ai choisi de représenter une forêt. L’enchevêtrement des arbres symbolise l’esprit emmêlé et la douce folie de la mère.

«Il vouait une admiration sans borne à sa mère et elle en était si fière qu’elle faisait parfois n’importe quoi pour l’épater. (…) Ils rivalisaient d’audace et d’originalité pour se faire rire et s’attirer l’admiration de l’autre (…), ils sautaient, (…), hurlaient (…) et faisaient de leurs journées un condensé de ce qu’il y a de plus fou ».

Anas

4D751A28-A328-470B-A435-057E60606FF7

Une vie entière, Robert Seethaler 🏔 🚠

A09C2842-9F08-4E01-9F2D-0BBC2BD08702.jpegUne Vie entière est un roman de Robert Seethaler qui raconte la vie, de l’enfance à la mort, d’Andreas Egger, un montagnard des Alpes autrichiennes.

Tout au long du livre, on va voir qu’Andreas Egger affronte de grands défis et les surmonte tout en traversant le XXème siècle.

Étant enfant, il se fait exploiter et maltraiter par son oncle qui l’a adopté. Un jour, un coup est parti trop loin et Egger s’est retrouvé boiteux à vie. Adolescent, il trouve la force de s’opposer à cet oncle violent qui arrêtera de lui donner des raclées. A 29 ans, il a achète un terrain en haut de la montagne et il se marie mais une avalanche emporte tout et Egger se retrouve veuf. Il décide alors de travailler pour une compagnie qui construit des téléphériques pour désenclaver les vallées autrichiennes. Egger est courageux et travailleur. C’est alors que la seconde guerre mondiale éclate. Il est mobilisé mais survit à cette guerre. A la fin de la guerre, il s’installe aux abords de son village et vit dans la plus grande solitude et dans le plus grand dénuement, incapable de s’adapter au monde moderne.

Mon avis : J’ai bien aimé ce livre car il est émouvant en raison des drames personnels qu’a traversé Egger avec dignité et courage. Il n’abandonne jamais même dans les pires moments, il trouve la force de rebondir.

Article rédigé par Elodie